SPECIFIC - Alimentation pour la prise en charge des troubles dermatologiques et des allergies environnementales et alimentaires

 

SPECIFIC propose plusieurs gammes d'aliments pour aider dans la gestion des allergies (atopies, intolérances alimentaires, ou encore allergies combinées). Les gammes Allergen Management, Allergen Management Plus, et Skin Function Support peuvent avoir des effets bénéfiques sur la santé des chiens et des chats allergiques.

  • Allergénicité réduite grâce à des protéines hydrolysées novatrices, mais également grâce à une liste limitée d'ingrédients 
  • Soutien exceptionnel de la santé de la peau et du pelage grâce à des niveaux uniques d'acides gras Oméga-3 EPA et DHA (issus d'huile de poisson et de krill de l'Antarctique), d'acides gras Oméga-6 GLA (issus d'huile de bourrache), et de vitamines A, E et B, de protéines, de zinc et de sélénium.

SPECIFIC Derma and Allergy diet Range

La nutrition et les dermatites allergiques (Gestion combinée)

Gérer une atopie demande généralement une approche globale. Le prurit est le principal symptôme d'une maladie de la peau liée à une allergie chez les animaux. L'importance du prurit va dépendre de plusieurs facteurs, comme la présence de parasites, une infection, une exposition à des allergènes environnementaux ou alimentaires, une peau sèche ou encore du stress. Tous ces facteurs peuvent contribuer au développement de fortes démangeaisons.

Les animaux peuvent tolérer un certain niveau de démangeaison. Cependant, quand l'addition de tous ces stimuli dépasse une certaine limite, l'animal va commencer à se gratter, jusqu'à potentiellement se créer des lésions cutanées voire des infections.

Il est donc important d'inclure, dans le traitement de ces maladies, une manière de ramener le niveau de démangeaison à un niveau supportable pour l'animal. Dans les faits, cela signifie qu'il faut s'atteler à réduire et contrôler tous les facteurs pouvant mener à cet inconfort.

La gestion uniquement par la nutrition n'est généralement pas suffisante pour traiter à elle seule les dermatites atopiques. Cependant, une alimentation adaptée va contribuer à une peau et un pelage en bonne santé, éviter les allergènes alimentaires, fournir les nutriments nécessaires à une barrière cutanée saine et réduire les réactions inflammatoires.

En outre, indépendamment de la cause, pour toutes les dermatoses attaquant la peau et le pelage, une alimentation riche en nutriments adaptés au soutien de la barrière cutanée peut favoriser la cicatrisation des lésions de la peau, et la repousse des poils.

Les animaux présentant des pathologies cutanées sont plus susceptibles de développer des infections bactériennes ou des mycoses. Les bactéries cutanées et les infections comme la dermatite à Malassezia contribuent à l'inflammation et le développement du prurit. De plus, elles peuvent agir comme des allergènes contre lesquels les animaux produisent de l'IgE(23). Un traitement immédiat de ces infections contribue à réduire le prurit.

Une étude a montré que 78% des cas d'otites externes canines provenaient d'une atopie ou d'une intolérance alimentaire sous-jacente. Une gestion nutritionnelle adéquate de ces causes peut réduire les otites à répétition et le besoin récurrent de recourir aux traitements antibiotiques.

Dans certains cas, un traitement additionnel avec des glucocorticoïdes, des anti-histaminiques, de l'oclacitinib, ou du cyclosporine peut être nécessaire pour réduire les démangeaisons liées au prurit à un niveau supportable pour l'animal. La prise d'acides gras à des niveaux élevés peut également réduire la dose requise de ce type de médicaments.

Quelques attentions supplémentaires peuvent permettre une gestion optimale des chiens et des chats souffrant d'allergies :

  • Pour réduire le prurit lié à des allergènes environnementaux, il est important de réduire l'exposition à ces allergènes. Par exemple, l'exposition aux mites alimentaires peut être sensiblement réduite en conservant l'alimentation des animaux dans un contenant propre et fermé.
  • Un contrôle strict des infections aux puces sur l'animal et dans son environnement est essentiel.
  • Un toilettage régulier et des bains fréquents peuvent réduire le prurit sur les animaux atopiques, et limiter la désquamation, ou encore la peau grasse.
  • Le recours à un shampoing hydratant anti-prurit, anti-microbien, ou des lotions anti-microbiennes, des sprays/crèmes à base de glucocorticoïdes ou anesthésiants peuvent être utiles pour réduire l'importance du prurit.

Le rôle de la nutrition sur la santé de la peau et du pelage

La peau est le plus grand organe du corps. Entre un renouvellement de cellules important et rythme métabolique élevé, cet organe nécessite forcément un apport en nutriments pour maintenir sa structure, les fonctions de la barrière cutanée, et un système sain46. Plusieurs nutriments sont essentiels pour maintenir une peau et un pelage en bonne santé :

 

L'acide gras Oméga-6 ou acide linoléique (C18:2n-6) est essentiel à la production de sébum, et au maintien de la pérméabilité de la peau. Une alimentation pauvre en acide linoléique résulte en une peau sèche et terne, présentant même des squames

Ces protéines (tout particulièrement la méthionine, la cystéine et la proline) sont essentielles à la pousse du poil, à la kératinisation et la pigmentation de la peau. Un manque en protéines mène à des poils cassants, dépigmentés, voire à une perte de poils, une pousse plus lente et une peau fine et rugueuse. La phénylanaline et la tyrosine sont à la base de la production de mélanine et nécessaires au maintien d'un pelage bien noir. Une déficience relative en l'un de ces deux acides aminés va transformer la couleur d'un pelage initialement noir en un rouge-brun.

Le zinc est une part essentielle de enzymes importantes. Les symptômes cutanés d'un manque en zinc sont un pelage terne et rugueux, de l'alopécie, de l'érythème, l'apparition de croûtes ou de squames, tout particulièrement autour des yeux, du museau, de la bouche, les oreilles, les pattes et les points de pression de certains membres.

La vitamine A est particulièrement importante pour la kératinisation. Un manque en Vitamine A résulte généralement en une hyperkératinisation, l'apparition de squames, de l'alopécie, une pousse des poils lente et une réponse immunitaire réduite face aux infection de la peau.

 

La vitamine E est un antioxydant naturel qui joue, accompagné de sélénium, un rôle important dans la stabilité des membranes cellulaires.  Les besoins en vitamine E augmentent à mesure que les niveaux d'acides gras polyinsaturés augmentent dans l'alimentation. Chez les chats, un manque en Vitamine E pourra se traduire par une lipidose hépathique (Inflammation et nécrose de la graisse sous cutanée et abdominale en résultat à une péroxidation lipidique).

Ces vitamines sont nécessaires pour beaucoup de processus métaboliques, et un manque de Vitamines B est souvent associé à des signes dermatologiques comme de l'alopécie, ou une peau sèche et qui désquame, ainsi qu'un pelage en mauvais état général.

Un module de formation sur les allergies et l'atopie est disponible pour les vétérinaires sur la Dechra Academy.

Le rôle de la nutrition dans la prise en charge des allergies et de la dermatite atopique

Cette formation aborde le rôle de la nutrition dans une approche multimodale du traitement de la dermatite atopique, l'intérêt des protéines hydrolysées et des acides gras polyinsaturés, et l'utilité de la nutrition dans les régimes d'éviction.

Cliquez ici pour vous inscrire à la Dechra Academy

Vous êtes déjà inscrit à la Dechra Academy ?

Cliquez ici pour accéder au cours

 

Dechra Academy The Role of Nutrition in Managing Allergies and Atopic Dermatitis

Les besoins nutritionnels en cas d'intolérances alimentaires

Le pronostic pour les animaux atteints d'intolérances alimentaires est bon. L'intolérance en elle-même ne peut pas être soignée, mais les symptômes déclenchés par cette dernière peuvent être supprimés en évitant les ingrédients qui créent cette intolérance. Il y a deux types de régimes avec une faible allergénicité : les régimes qui utilisent des ingrédients peu communs, "nouveaux", et ceux qui utilisent les protéines hydrolysées.

L'efficacité des régimes hypoallergéniques à base d'ingrédients peu communs ou nouveaux repose sur le fait que la réaction immunologique aux composants de la nourriture (Principalement des réaction de Type I liées aux IgE) ne se produira que si l'animal a été exposé à cet allergène dans le passé, et que son système immunitaire va donc déclencher une réaction à cet allergène dans le futur.

La composition du régime hypoallergénique idéal dépend principalement des ingrédients auxquels le chat ou le chien a été exposé dans sa vie. Trouver un régime alimentaire avec des ingrédients que l'animal n'a jamais goûté auparavant est difficile, surtout avec la multiplication de gammes de nourritures pour animal qui incluent de plus en plus de sources de protéines exotiques. Un historique alimentaire complet de l'animal devra être dressé et évalué, incluant tous les produits qu'il a pu consommer dans sa vie, et tous les ingrédients contenus dans lesdits produits.

La nourriture vendue dans le commerce ou faite maison à base de ces ingrédients nouveaux peut être utilisée dans la gestion des intolérances alimentaires. Certains préféreront un régime fait maison, surtout dans une logique d'éviction alimentaire, dans la mesure où ce régime ne contiendra aucun additif (qui peut être à l'origine de réaction indésirable) ni composants créés lors de cuissons à hautes températures. Cependant, ces régimes peuvent être coûteux et nécessitent une grande disponibilité pour leur préparation, et peuvent induire constipation et diarrhée. Un désavantage majeur de ce type de régime est qu'il ne contiendra généralement pas tous les nutriments nécessaires à l'animal et ne peut donc pas être utilisé pour des animaux en croissance ni sur le long-terme.

Il y a de nombreux régimes alimentaires vétérinaires dans le commerce, qui contiennent tous les nutriments nécessaires à l'animal et qui sont plus simples d'utilisation. Bien que tous les régimes alimentaires ne fonctionnent pas nécessairement sur l'animal, beaucoup d'entre eux ont démontré leur efficacité. Evidemment, il est conseillé d'éviter, parmi ces régimes, ceux qui peuvent contenir de multiples sources de protéines.

La réaction immunologique à certains composants concerne généralement les glycoprotéines, qui sont présents à hauteur de 10 à 40kDa. L'hydrolysation enzymatique des protéines en petits fragments peptides réduira leur allergénicité, car les épitopes sont divisés à tel point qu'ils ne lient pas les récepteurs IgE à la surface du mastocyte.

De plus, l'activation du mastocyte demande le croisement de deux molécules IgE ou plus à des récepteurs IgE. Cela signifie que l'allergène doit être suffisamment large pour se lier à deux récepteurs IgE. Cette taille a été définie en médecine humaine (supérieure à 10kDa), mais il n'y a pas d'études pour les chats ou les chiens.

Il existe, dans le commerce, une large variété de régimes alimentaires basés sur les protéines hydrolysées. Ces régimes alimentaires représentent une bonne option quand l'animal a été exposé à de multiples sources de protéines et dont l'historique alimentaire est incomplet. Les études ont montré que les régimes alimentaires du commerce, basés sur les protéines hydrolysées, sont efficaces dans le contrôle des signes cliniques de l'intolérance alimentaire chez les chats et les chiens. 

De la même manière que pour les régimes hypoallergéniques basés sur des protéines nouvelles, les régimes basés sur les protéines hydrolysées peuvent ne pas fonctionner sur tous les patients atteints d'intolérance alimentaire. Un faible pourcentage d'animaux peut réagir à l'hydrolysat32 ou d'autres ingrédients du régime alimentaire (les carbohydrates, les sources de lipides, les additifs, les antigènes créés dans le processus de fabrication...). Les régimes hypoallergéniques vendus dans le commerce à base de protéines hydrolysées sont des aliments complets, contenant tous les nutriments nécessaires à une alimentation équilibrée, et peuvent donc être utilisés sur le long-terme.

Comment la nutrition favorise la bonne prise en charge de la dermatite atopique

L'épiderme du chien et du chat joue un rôle important dans la prévention de perte insensible en eau (PIE) et protège d'effets environnementaux potentiellement dangereux pour le corps, comme le contact avec des allergènes, des irritants, des toxines et des traumatismes physiques. La couche cornée, composée de cellules plates dans une matrice lipidique, est tout particulièrement importante pour le bon fonctionnement de la barrière cutanée. Il existe un lien prouvé entre une barrière cutanée non fonctionnelle et la vulnérabilité face à des allergènes environnementaux causant des dermatites atopiques chez le chien. Les chiens atopiques ont une structure incomplète et anormale des lipides lamellaires, et un manque de lipides dans la couche cornée. Une supplémentation en acides gras améliore grandement la structure lipidique de la barrière cutanée chez les chiens atteints de dermatique atopique. De plus, une supplémentation orale combinée de pantothénate, de choline, de nicotinamide, d'histidine et d'inositol améliore le fonctionnement de la barrière cutanée (mesuré par une baisse de la PIE).

L'acide linoléique (LA) est l'acide gras parent des Oméga-6, et l'acide linoléique alpha (ALA) est l'acide gras parent des Oméga-3.

Les huiles végétales comme l'huile de tournesol ou de carthame sont des sources de LA, et les huiles de graine de lin sont des sources d'ALA.

Les acides gras essentiels doivent être fournis par l'alimentation, mais une fois dans le corps, les LA et les ALA peuvent être d'autant plus désaturés et allongés grâces aux enzymes.

Dans la famille des Oméga-6, l'acide linoléique peut être métabolisé en acide gamma-linoléique (GLA), en acide dihomo-gamma-linoléique (DGLA) et en acide arachidonique (AA).

Dans la famille des Oméga-3, l'ALA peut être métabolisé pour former l'acide eicosapentaénoïque (EPA), et en acide docosahexaénoïque (DHA). Cependant, l'activité de désaturation des enzymes est très faible chez les chiens et quasi-inexistante chez les chats, donc la métabolisation des ALA en EPA et en DHA et des LA en GLA est inefficace.

Cependant, les EPA et DHA peuvent aussi être directement apportés grâce à un régime alimentaire à base d'huile de poisson, d'algues et de krill. La consommation d'huile de bourrache ou d'onagre permet également d'apporter du GLA.

Les effets bénéfiques des acides gras sur les dermatoses inflammatoires passent par la production d'eicosanoïdes (prostaglandine et leucotriènes), synthétisés via des acides gras Oméga-3 et Oméga-6.

Les AA (Acides gras parents du groupe des acides gras Oméga-6), dérivés des leucotriènes et des prostaglandines, ont un effet pro-inflammatoire et jouent un rôle central dans le processus inflammatoire. Ils peuvent, lorsqu'ils sont produits en quantités importantes et pour une période prolongée, résulter en un trouble pathologique.

Les leucotriènes et les prostaglandines qui sont produits à partir des EPA et des DGLA ont une structure et une fonction différentes de ceux produits par les AA. Les eicosanoïdes produits par les EPA et les DGLA ont un effet anti-inflammatoire.

La réponse inflammatoire d'un chien ou d'un chat peut être gérée par un apport alimentaire en acides gras : en supplémentant un animal avec des EPA pré-formés (dérivés d'huile de poisson, d'algue ou de krill), et/ou des GLA (d'huile de bourrache ou d'onagre), plus d'EPA et de GLA (et donc de DGLA) seront incorporés aux membranes cellulaires de l'animal, ce qui mènera à une production plus importante d'eicosanoïdes anti-inflammatoires. La réponse inflammatoire naturelle du corps s'en verra attenuée.

Prise en charge de l'atopie causée par des allergies combinées

Les animaux allergiques ont un risque plus élevé de développer d'autres hypersensibilités. La plupart des animaux ayant une intolérance alimentaire sont intolérants à plus d'un composant, et les chiens atopiques présentent souvent des réactions allergiques à plus d'un allergène.

Les animaux allergiques peuvent également souffrir de différents types d'allergies. La combinaison de l'atopie, de l'intolérance alimentaire et/ou d'une dermatite allergique en réaction aux puces est fréquente. Les chiens atopiques semblent prédisposés au développement d'une allergie aux puces.

On estime que 20 à 30% des cas d'intolérance alimentaire présentent simultanément une atopie ou une dermatite en réaction allergique aux puces.

20-30% of the cases with food allergy have atopy or flea-allergic dermatitis

Les études menées sur les chiens souffrant de réactions à certains aliments montrent que 44 à 59% d'entre eux souffrent également d'atopie.

 adverse food reactions, 44% to 59% of them had concurrent atopy

Des réactions alimentaires ont été testées sur un groupe de chiens atopiques : 47% du groupe a présenté une intolérance alimentaire concomitante.

 47% of the atopic dogs had concurrent food allergy

La base de la prévention des signes cliniques des allergies est l'évitement de ces allergènes, notamment dans le cas où ce n'est pas totalement possible d'atténuer la sévérité des signes cliniques. Les symptômes d'une intolérance alimentaire peuvent être prévenus en évitant l'allergène concerné dans l'alimentation. Les régimes alimentaires hypoallergéniques, pour la prise en charge des intolérances alimentaires, sont composés d'un nombre limité d'ingrédients, avec une faible allergénicité, comme les protéines nouvelles ou les protéines hydrolysées. Pour les allergies où l'exposition à ces allergènes ne peut être évitée complètement (comme l'atopie, l'allergie aux puces ou l'allergie de contact), l'objectif du régime alimentaire sera de soutenir la barrière cutanée et réduire la réaction inflammatoire cutanée grâce à des taux élevés d'acides gras EPA de source marine et GLA d'huile de bourrache. Pour traiter une combinaison d'intolérance alimentaire et d'autres allergies, les deux principes doivent être appliqués : un régime hypoallergénique avec des niveaux élevés d'EPA et de GLA.

Les aliments SPECIFIC pour la prise en charge des troubles dermatologiques et des allergies - FAQ

L'intolérance alimentaire ne peut être diagnostiquée qu'en procédant à un régime d'éviction ; il n'existe pas d'autre test probant. De fait, pour poser le bon diagnostic, la mise en place d'un régime d'éviction est essentielle. Cependant, parfois, les propriétaires ne sont pas en mesure de procéder à ce régime. Dans ce cas, il est recommandé d'utiliser SPECIFIC Food Allergen Management et d'évaluer la réaction de l'animal à ce régime.

Oui, il est tout à fait possible de montrer une réaction allergique aux sources d'acides gras Oméga-3 et Oméga-6 (comme les huiles ou la graisse animale). L'allergénicité à ces huiles comestibles est liée à la présence de protéine résiduelle. Il est estimé que dans les huiles comestibles brutes, le taux de protéine est de l'ordre de 0,1-0,3mg/ml. Dans les huiles raffinées, ce niveau est divisé par 100. Les études montrent que l'huile brute peut provoquer des réactions allergiques chez les personnes sensibles aux allergènes ; il est estimé que les huiles raffinées ne présentent pas de risque de provoquer une réaction allergique dans la majorité des cas.

Les catégories de graisse animale utilisées dans les régimes hypoallergéniques et les huiles raffinées peuvent contenir des traces de protéines potentiellement allergènes.

Il a été montré que la graisse de porc utilisée dans les régimes hypoallergéniques de SPECIFIC, via une analyse PCR, est libre de toute protéine de porc et ne créera donc pas de réaction allergique au porc.

L'huile de poissons qui est utilisée dans les régimes hypoallergéniques SPECIFIC est également testée par analyse PCR et est libre de toute protéine de poisson, et ne créera donc pas de réaction allergique au poisson.

Les animaux présentant une intolérance alimentaire, qui ne présentent plus aucun symptôme suite à l'adoption d'un régime hypoallergénique, et dont on change ledit régime, peuvent à nouveau présenter des symptômes sous 2 à 3 semaines.

Chez les chiens souffrant actuellement de symptômes d'intolérance alimentaire, il faut attendre entre 6 et 10 semaines pour voir une véritable amélioration grâce à un régime hypoallergénique adapté (surtout dans le cas de signes cliniques dermatologiques ; les signes gastrointestinaux tendent à disparaître plus rapidement). C'est pour cette raison qu'il est recommandé de procéder à un régime d'éviction pour une période d'au moins 8 semaines (Olivry et Al, 2015).

 

Pour plus d'informations, et des réponses aux questions sur SPECIFIC :

Visitez la FAQ de SPECIFIC

keyboard_arrow_up