La médecine interne

De nombreuses maladies peuvent affecter les bovins. Les maladies bovines peuvent être spécifiques à certaines régions ou être présentes dans le monde entier.

Les maladies respiratoires bovines, les problèmes gastro-intestinaux chez les bovins, la diarrhée chez les vaches et les veaux, et les troubles métaboliques sont parmi les plus courants et entraînent des conséquences importantes sur le bien-être et la productivité des bovins. L'augmentation de la taille des troupeaux a fait naître le besoin d'une bonne gestion de ceux-ci : les vétérinaires jouent un rôle clé en tant que consultants dans les exploitations.

Contactez-nous

I. Une approche intégrée

Dechra propose un ensemble d'outils adaptés à chaque problème.

Internal medicines in Cattle - Dechra's integrated approach

La gestion du troupeau, les causes des maladies des bovins

Avec la transition vers des exploitations plus grandes, les conditions de logement des animaux ont radicalement changé. Cela a contribué à l'apparition de nouveaux modèles de contagion : des conditions auparavant non problématiques apparaissent tandis que d'autres disparaissent. En outre, le rendement laitier par vache continue d'augmenter, ce qui rend les exigences en matière d’élevage et de gestion des vaches plus importantes. Le climat local et les conditions de logement sont des facteurs de risque majeurs en raison de leurs effets sur le système immunitaire.

La détection précoce, les maladies du bétail et les symptômes précoces

Grâce à l'évolution de la technologie, de nombreux outils de surveillance des troupeaux ont été mis au point. Dans les grands troupeaux en particulier, ces solutions facilitent le suivi de l'état de santé des animaux au jour le jour. Correctement gérés, ils permettent d'observer les tout premiers signes de la maladie. La détection précoce et le diagnostic approprié jouent un rôle important dans la réussite du traitement. Des visites vétérinaires programmées et fréquentes améliorent le suivi sanitaire du troupeau.

La thérapie, le traitement

Un traitement efficace et précis nécessite une coopération étroite entre l'agriculteur et le vétérinaire. Dans la plupart des cas, il est essentiel de commencer le traitement dès l'observation des premiers signes du mal-être de l'animal. En fonction de l'affection, le traitement des vaches consiste dans la plupart des cas en un traitement anti-infectieux, antiphlogistique et de soutien. Dans le cas de certaines maladies, il est conseillé de séparer les animaux malades de leurs congénères sains.

Dechra soutient et encourage l'utilisation responsable des produits pharmaceutiques vétérinaires. Vérifiez les options de traitement et les directives avec votre vétérinaire.

II. La collecte et l'utilisation des données

Les données sont disponibles en abondance dans de nombreuses exploitations laitières. Outre les équipements agricoles intelligents, la plupart des systèmes de traite sont équipés de systèmes de collecte de données qui fournissent des informations utiles sur la production de lait de chaque vache. Une baisse de la production laitière est l'un des signes les plus universels que la santé de la vache est menacée.

III. L'importance des visites vétérinaires

Les visites régulières des vétérinaires sont essentielles pour vérifier l'état de santé du troupeau, fournir un traitement au bon moment et assurer le bien-être des animaux en évitant la propagation des maladies, notamment par l'isolement des animaux malades.

IV. Le choix des traitements et leur enregistrement

Il existe de nombreux traitements existants pour les bovins. Le choix du bon traitement nécessite un examen et un diagnostic appropriés, ainsi qu'une connaissance des agents pathogènes courants et de leur réceptivité dans le troupeau. Par conséquent, tous les traitements doivent être enregistrés afin d'élaborer un protocole de gestion des maladies et de normaliser l'approche commune. Ceci est particulièrement important lorsque de nombreuses personnes sont impliquées dans le traitement des animaux.

V. La gestion des maladies complexes

Certaines maladies complexes, comme la BRD (maladie respiratoire bovine), sont causées par une combinaison de plusieurs agents pathogènes. Dans ces cas là, des antibiotiques à large spectre doivent être inclus dans le protocole de traitement. Pour garantir une utilisation responsable des antibiotiques, le traitement ne devrait être prescrit que lorsque des signes de maladie sont observés et devrait être limité au groupe d'animaux à traiter à ce moment-là.

V. Une approche responsable des antibiotiques

Le traitement de première ligne se fait de préférence avec des antibiotiques de catégorie D (selon la classification de l'Agence européenne des médicaments, l’EMA). Dans la mesure du possible, le traitement individuel (administration parentérale) est préférable au traitement de groupe (c'est-à-dire le traitement oral dans l'alimentation), ce qui favorise également l'utilisation responsable des antibiotiques.

keyboard_arrow_up